Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

La question du mariage homosexuel reposée par une affaire

 

La question du mariage homosexuel, illégal en France, a été reposée jeudi à l'occasion de l'examen, par un tribunal de Brest (Finistère), d'une affaire qui ne semble cependant pas susceptible de remettre en question les dispositions actuelles.

 

Les juges ont examiné à huis clos la demande de changement d'identité d'un homme déjà marié qui a changé de sexe après avoir eu trois enfants avec sa femme.

"Cela fait des années que l'on est dans l'attente de voir venir enfin la reconnaissance de familles comme les nôtres, qui sont certes atypiques mais qui fonctionnent bien", a déclaré à la presse le mari devenu femme, Chloë Avrillon.

L'avocat du couple, Emmanuel Ludot, a affirmé à la presse que le parquet ne s'était "pas opposé" à sa demande. Le parquet n'a pu être joint dans l'immédiat sur ce point.

La décision doit être rendue le 15 décembre.

Comme le mariage pourrait être maintenu, l'avocat en tire la conclusion qu'il s'agirait alors d'une forme de légalisation du mariage homosexuel.

Cette interprétation d'une hypothétique décision semble cependant hasardeuse.

En janvier 2011, le Conseil constitutionnel a en effet confirmé l'illégalité du mariage homosexuel en l'état actuel du droit français, laissant au législateur le soin de modifier la Constitution pour l'autoriser s'il le souhaite.

Me Ludot et ses clientes ont cependant présenté devant les médias l'audience de jeudi comme une victoire.

"Lors de l'audience à huis clos jeudi matin où Wilfrid Avrillon a demandé que soit reconnue sa nouvelle identité de femme, le parquet ne s'est opposé ni à cette demande, ni au maintien du mariage", a dit à Reuters Emmanuel Ludot.

"Ce sont des cas rarissimes mais pour la première fois en France, la justice va reconnaître de fait un mariage entre deux femmes avec des enfants légitimes", a-t-il dit, se déclarant "raisonnablement très confiant" sur la décision du 15 décembre.

Cette affaire est juridiquement exceptionnelle. Dans la plupart des cas, les demandes de modification d'un état civil par un individu marié ayant changé de sexe sont précédées par un divorce, a-t-il précisé.

Dans ce cas, le tribunal de Brest n'a pas la possibilité de rompre un lien conjugal contracté en toute légalité.

Wilfrid-Chloé, ingénieur informaticien de 41 ans, marié depuis une quinzaine d'années avec Marie-Jeanne, une homosexuelle de 43 ans, avait déclaré il y a quelques mois au quotidien Le Télégramme avoir choisi de changer de sexe car, disait-il, "ce n'était plus tenable d'être un homme".

Rejetée par l'actuelle majorité, la légalisation du mariage homosexuel en France est défendue par le Parti socialiste et son candidat à l'élection présidentielle de 2012, François Hollande.

 

Pierre-Henri Allain, avec Thierry Lévêque à Paris, édité par Elizabeth Pineau

Pour le Journal  L’EXPRESS  publié le 27/10/2011

 

 

Mariage homosexuel, un tribunal face à un cas particulier

C’est une affaire qui pourrait avoir de grandes conséquences. Jeudi 27 octobre, le tribunal correctionnel de Brest (Finistère) a examiné la demande de Wilfrid Avrillon, un homme marié devenu une femme, qui souhaite changer d’état civil pour devenir Chloé Avrillon sans mettre fin à son union avec sa compagne. Créant la surprise, le ministère public ne s’est pas opposé à cette double demande. Une position qui, si elle était confirmée par le tribunal, constituerait la première reconnaissance d’un mariage homosexuel de France.

L’avocat du couple, Me Emmanuel Ludot, a indiqué que le tribunal n’avait pas exigé, comme c’est le cas habituellement, le divorce des Avrillon pour accéder à la demande de changement d’identité de Chloé Avrillon. Ce qui valide implicitement le maintien du mariage entre les deux femmes. « Une brèche vient de s’ouvrir. Nous avons pour la première fois en France deux personnes de même sexe mariées qui ont des enfants légitimes », a commenté l’avocat. Le couple, marié depuis quinze ans, a en effet eu trois enfants avant la transformation de Wilfrid.

Évolution des mentalités

« La position du ministère public montre une évolution des mentalités par rapport au mariage homosexuel, explique Me Caroline Mécary, spécialiste de la question. Toutefois, ce n’est pas lui qui décide mais bien le tribunal, et je doute qu’il aille dans le même sens. » Car, en l’état actuel du droit, un arrêt de la Cour de cassation de mars 2007 et une décision du Conseil constitutionnel de janvier dernier confirment la définition du mariage comme étant l’union d’un homme et d’une femme.

Si le tribunal suivait le ministère public, un point resterait encore en suspens. « À partir du moment où le mariage est légalement l’union de deux personnes du sexe opposé, le mariage en question pourrait être déclaré caduc, même si les deux personnes ne veulent pas divorcer », souligne la spécialiste du droit de la famille, Françoise Dekeuwer-Défossez. Le tribunal doit trancher le 15 décembre.

ESTELLE MAUSSION

Pour le journal LA-CROIX  le 27.10.2011

 

Marie et Chloé peuvent-elles rester mariées ?

L’histoire d’amour de Chloé et Marie Avrillon pourrait tourner à la jurisprudence et faire avancer la cause des homosexuels et transsexuels d’un pas de géant.

 

En effet, Chloé et Marie Avrillon, 41 et 42 ans forment un couple pas comme les autres.

Chloé, née Wilfrid, engage aujourd’hui une action devant le tribunal de grande instance de Brest, dans le Finistère, pour pouvoir modifier son état civil tout en restant mariée à Marie.

Mariés depuis quatorze ans, et parents de trois enfants de 7 à 14 ans, les époux veulent enfin pouvoir vivre en conformité avec ce qu'ils ressentent.

Chloé, transsexuelle, et Marie, lesbienne, pourraient ainsi devenir le premier couple homosexuel marié en France ainsi que le premier cas d’homoparentalité légale.

Comme nombre de personne dans son cas, Chloé Avrillon confie désirer avant tout que ses "papiers d’identité soient en conformité avec (son) apparence", peut-on lire dans le Parisien

Ce jugement est attendu avec impatience par les défenseurs du mariage homosexuel.

 La Depêche le 27.10.2011

 

Chloé, transsexuelle, veut changer d'état civil et préserver son mariage

 

JUSTICE - Le Tribunal de grande instance de Brest a mis son jugement en délibéré au 15 décembre...

Ce jeudi matin, Wilfrid et Marie Avrillon, mariés depuis 14 ans et parents de trois garçons, vont se rendre au tribunal pour demander à rester mariés. Car Wilfrid est devenu Chloé, et souhaite que son changement de sexe soit reconnu par la loi.

Il est possible en France de faire changer son état civil, de devenir officiellement une femme quand on est né homme, et vice versa. La loi demande pour cela un changement de sexe «irréversible» sur le plan médical. Mais ce qui inquiète le couple de Bretons, c’est la conséquence sur leur mariage d’un changement d’état civil. Chloé, si son statut de femme est reconnu par la loi, pourra-t-elle former avec Marie le premier couple homosexuel français marié? C’est la réponse à cette question qu’attend le couple en se rendant, ce jeudi matin, au Tribunal de grande instance (TGI) de Brest (Finistère).

Selon le Télégramme, le tribunal a mis son jugement en délibéré. Il rendra sa décision le 15 décembre. Mais à l'issue de l'audience à huis clos, l'avocat du couple s'est montré optimiste. «Il n'y a pas d'opposition. Le procureur est d'accord, tout le monde est d'accord et nous aurons très certainement un jugement le 15 décembre prochain qui va ordonner la rectification de l'état civil", s'est réjoui Me Ludot. «Une brèche vient de s'ouvrir. Nous avons pour la première fois en France deux personnes du même sexe mariées qui ont des enfants, des enfants légitimes», a également affirmé l'avocat.

Un cas inédit

Si Chloé veut changer d’état civil, c’est surtout pour améliorer son quotidien. «On refuse parfois ma carte d’identité quand je fais un chèque ou on me demande d’aller chercher la procuration de mon mari pour récupérer un recommandé… C’est gênant, surtout devant les enfants», explique Chloé au Parisien. Elle ne cache pas pour autant une motivation militante, espérant qu’une décision en leur faveur du tribunal «donnera du crédit au mariage homosexuel».

Et à l’homoparentalité: le couple possède trois enfants, des garçons âgés de 7, 11 et 14 ans, qui vivent «extrêmement bien» leur situation originale. La femme de Chloé, Marie, approuve aussi totalement le choix de son mari. Car si Wilfrid s’est toujours senti femme, Marie, elle, a su très tôt qu’elle était lesbienne. Raison de plus selon elles d’espérer la «bonne» décision du TGI: si elles s’aiment et que Chloé devient officiellement une femme, pourquoi devraient-elle renoncer à leur mariage?

Selon le site d’informations spécialisé Yagg, c’est véritablement un cas inédit sur lequel devra se prononcer le TGI de Brest. C’est la première fois qu’un couple mixte, marié et avec enfants, demande un changement d’état civil tout en souhaitant conserver son mariage.

 

Par N. Bg. Pour 20 minutes.fr   le 27.10.2011

 

 Brest. Vers la reconnaissance du premier mariage homosexuel ?

Il y a cinq ans Wilfrid Avrillon, marié et père de trois enfants, devenait, à la suite d'une opération, Chloé Avrillon. Ce jeudi matin, Chloé a demandé, devant le tribunal de Brest, que ce changement d'identité soit inscrit à l'état civil. Une demande à laquelle ne s'est pas opposé le ministère public. Surtout, ce dernier n'a pas demandé l'annulation du mariage qui l'unit à Marie-Jeanne, la mère de ses trois enfants. De fait, si la demande de Chloé devait aboutir, deux femmes se retrouveraient pour la première fois mariées. Pour l'avocat de Chloé Avrillon, "le mariage homosexuel est maintenant sur les rails". Le jugement a été mis en délibéré au 15 décembre.

 

Il y a quelques mois, à l'occasion de la journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, Chloé Avrillon, un homme ayant fait le choix il y a cinq ans de devenir femme, expliquait, dans nos colonnes, les raisons qui avaient motivé sa décision. A un moment, "je me suis aperçue que ce n'était plus tenable pour moi d'être un homme. J'en ai parlé, car si on ne le fait pas, on peut se détruire. On devient dépressif, alcoolique", témoignait-elle alors.

Une personne transidentitaire sur 15.000 et seulement un "coming-out" sur 100.000... "Les autres souffrent"
Marié et père de trois enfants au moment de franchir le pas, Wilfrid, ingénieur informaticien qui s'était toujours considéré comme "une femme dans un corps d'homme", est donc devenu, du jour au lendemain, Chloé.

Sa femme, Marie-Jeanne, 43 ans, homosexuelle, avec qui il était marié depuis une dizaine d'années, a très bien accepté ce choix. Tout comme, selon elles, leurs trois enfants. "Il n'y a pas de transmission génétique. Ce n'est pas une maladie. Ils sont parfaitement épanouis et cartonnent à l'école", expliquaient-elles en choeur.

Cette démarche "courageuse", rares sont ceux qui, en France, osent encore la faire. "Une personne sur 15.000" serait en effet une personne transidentitaire, selon Chloé, par ailleurs coprésidente de l'association militante Rainbow. Et "seulement une personne sur 100.000" se déclarerait. "Les autres souffrent".


"Un couple marié qui va le rester"
Ce jeudi matin, Chloé est venue demander, devant le tribunal de Brest, son changement d'identité. Une "double première", selon son avocat.

"Il s'agit d'un couple marié qui va le rester. Le changement d'identité n'entraîne pas la rupture du lien conjugal. Au contraire, il le conforte. Et là c'est une situation exceptionnelle", a déclaré l'avocat du couple Me Emmanuel Ludot à l'issue de l'audience qui s'est déroulée à huis-clos devant la chambre du conseil du tribunal correctionnel de Brest.


"Une brèche vient de s'ouvrir"
Le tribunal a donc examiné, ce jeudi matin, la demande de Wilfrid Avrillon, 41 ans, pour que son état civil devienne celui de Chloé Avrillon. Son acte de naissance doit être modifié comme la justice y procède régulièrement pour les personnes qui changent de sexe mais cette fois, le tribunal n'a pas exigé le divorce pour accéder à cette demande, selon l'avocat.

"La justice a vraiment été juste", a considéré Chloé, visiblement très émue, au terme de l'audience. "C'est une véritable avancée de la société, des moeurs, de la tolérance et du droit humain", a-t-elle affirmé.

"Il n'y a pas d'opposition. Le procureur est d'accord, tout le monde est d'accord et nous aurons très certainement un jugement le 15 décembre prochain qui va ordonner la rectification de l'état civil", a estimé l'avocat. "Une brèche vient de s'ouvrir. Nous avons pour la première fois en France deux personnes du même sexe mariées qui ont des enfants, des enfants légitimes".


"Ils s'aiment, pourquoi divorceraient-ils ?"
Selon l'avocat, le procureur pourrait estimer qu'il s'agit d'un couple marié du même sexe, contraire à la loi française et s'opposer au mariage ultérieurement. "Seulement, lorsque M. et Mme Avrillon se sont mariés, ils étaient bien un homme et une femme. Il n'y a pas eu fraude, on ne peut pas annuler le mariage et on ne peut pas exiger qu'ils divorcent. Ils s'aiment, pourquoi divorceraient-ils ?", a encore expliqué Me Ludot.

Selon celui-ci, l'Etat français est au pied du mur. "Il n'y a plus de reculade possible. Le mariage homosexuel est maintenant sur les rails", a-t-il estimé.


"La reconnaissance du mariage homosexuel, de l'homoparentalité"

  Le Télégramme de Brest  le 27.10.2011

 

  "Tout n'est pas terminé. On ne sait pas qui peut faire appel. Mais le procureur ne s'oppose pas à la requête. Ca a été un grand moment d'émotion", a déclaré Chloé. "C'est la reconnaissance du mariage homosexuel, de l'homoparentalité. C'est quelque chose d'important pour des milliers de couples et pour environ 250.000 enfants qui aimeraient bénéficier des mêmes droits que les enfants qui ont des parents un peu plus classiques", a-t-elle encore dit.

  chloe avrillon pose le 27 octobre 2011 a brest (photo AFP)

 Le changement d'identité de Chloé refusé

 

Le tribunal de Brest a rendu son délibéré : le changement d'identité de Wilfrid Avrillon n'est pas reconnu par la justice. Wilfrid est devenu une femme, Chloé. Il vient de se faire opérer, cette semaine, en Thaïlande. Il est marié avec Marie-Jeanne. Le couple de Landerneau a trois enfants.

Le tribunal n'a, semble-t-il, pas souhaité que ce changement d'identité fasse jurisprudence et légalise de fait le mariage homosexuel.

Ce matin, Marie-Jeanne se disait tendue mais confiante, dans l'attente de la décision. Ce midi, elle était très en colère, en gare de Brest. Leur avocat, Me Ludot, va faire appel. Il est effaré par la décision et estime la situation juridique intenable.

 

 

Chloé déboutée et dégoûtée

 

Elle s'est toujours sentie femme. Depuis lundi, elle l'est physiquement. Mais la justice a refusé hier de rectifier son état civil «pour ne pas légitimer un mariage homosexuel». Chloé reste donc Wilfrid aux yeux de la loi. L'avocat de cette Landernéenne a fait appel.

Elle y croyait... Soutenue par sa femme et ses trois enfants, Chloé Avrillon avait entrepris, il y a un an, les démarches juridiques pour modifier son état civil. Lors de l'audience au tribunal de Brest le 27octobre dernier, le procureur n'avait fait aucune opposition à sa requête. Il n'avait même pas posé le divorce comme préalable au changement d'identité. De quoi susciter l'enthousiasme de la communauté homosexuelle qui pensait qu'une brèche allait s'ouvrir. Et Chloé, qui se sent fille depuis qu'elle a quatre ans et qui a eu le courage de franchir le pas après quatorze ans de mariage, trois enfants et le soutien sans faille de Marie, son épouse, voyait l'espoir grandir. «La transsexualité n'est pas une maladie, c'est une souffrance. On ne change pas pour conquérir le monde, c'est la seule alternative pour ne pas mettre fin à ses jours», expliquait-elle il y a peu, avant de partir en Thaïlande pour se faire opérer, «ultime étape avant la promesse d'une vie où j'aurais vraiment le sentiment d'exister», disait-elle.

Situation ubuesque

L'opération s'est bien déroulée. Le délibéré du tribunal, lui, n'a pas été dans le sens escompté. Le juge a, en effet, refusé de rectifier l'état civil de Chloé. Qui, sur le papier, reste donc officiellement Wilfrid. Il a estimé «qu'accéder à cette demande reviendrait à légitimer un mariage homosexuel. Or, la loi française l'interdit...». Pour Me Ludot, qui a immédiatement annoncé qu'il allait faire appel: «Les juges ont sans doute eu peur de créer un précédent. Je suis affligé! Cette situation d'extrême prudence entraîne une situation ubuesque. Comment peut-on dire à quelqu'un "puisque vous êtes marié, vous resterez un homme jusqu'à la fin de vos jours...". La réalité, n'en déplaise au tribunal, c'est que Marie et Chloé sont aujourd'hui deux femmes et elles sont mariées».

Déception et colère

En Thaïlande, où elle reste hospitalisée jusqu'au 30décembre, Chloé a été, dans un premier temps, assommée par cette annonce. Mais très vite, elle a affirmé qu'elle entendait poursuivre le combat. «Ce que l'on n'a pas obtenu à Brest, on ira le chercher à Rennes en appel. Et s'il le faut, nous irons devant la Cour européenne de justice». Passées l'émotion et la tristesse, son épouse Marie, elle, ne cache pas sa colère: «C'est une décision inhumaine. C'est inadmissible que dans le pays des droits de l'Homme, en 2011, on ait encore ce genre de jugement et de réactions. Il est temps que la France entre dans le XXIesiècle! Nous sommes déboutées mais surtout dégoûtées. Les juges ont manqué de courage».

 

 

Wilfried voulait officiellement devenir Chloé: Le tribunal refuse

 

JUSTICE - A travers ce cas, le tribunal devait statuer sur le mariage homosexuel...

Chloé, née Wilfried, ne verra pas son changement d’identité validé officiellement. Le tribunal de Brest a refusé ce jeudi de confirmer la modification d’état civil de cette femme née homme, rapporte Le Télégramme.

L’affaire avait fait grand bruit en octobre, au moment où le cas de Chloé avait été étudié par la justice. Car la question du mariage homosexuel planait derrière la décision attendue du tribunal. Chloé a en effet épousé Marie, il y a 14 ans, alors qu’elle était encore un homme et a eu avec elle trois enfants. Le tribunal devait donc valider – ou non - le changement de sexe mais aussi confirmer le mariage, le cas échéant.

Le couple va faire appel

C’est justement cet aspect qui a motivé la décision du tribunal. Le mariage homosexuel n’étant pas autorisé en France, l’institution a rendu un avis négatif, indique le Télégramme. Maitre Ludot, l’avocat du couple, a déclaré qu’il ferait appel du jugement.

En octobre, Chloé se disait «optimiste» après son audience au tribunal. «A l’approche des élections, un appel ne serait pas forcément bien vu. Les temps changent, et c’est tant mieux», estimait-elle, dans une interview à 20minutes. Elle motivait par ailleurs son désir de changer d’identité en affirmant que son «apparence physique est opposée à ce que dit (sa) carte d’identité».  «Cela pose des problèmes au quotidien», soulignait-elle, «pour passer la frontière, pour aller voter…»

Par E.O.  pour 20 minutes.fr  le 15.12.2011

 

 

Wilfrid ne deviendra pas Chloé aux yeux de la loi

 

C'est non. Wilfrid, 41 ans, et Marie, 42 ans, mariés depuis 14 ans et ont trois enfants, âgés de 7 à 14 ans. Mais seulement, il y a un an et demi, madame est passée aux aveux et a confié à son époux qu'elle aime les femmes. Qu'à cela ne tienne, puisque monsieur a toujours rêvé d'être une femme. Ce jeudi, le tribunal correctionnel de Brest devant confirmer ce changement d'identité de Wilfrid, devenu Chloé. Problème : une autorisation ferait jurisprudence avec le mariage de... deux femmes. La justice bretonne a refusé.


***La question sous-jacente du mariage homosexuel

La démarche devant la justice "revenait à demander l'autorisation du mariage homosexuel,
à faire en sorte que celui-ci ait une existence juridique. Dans notre droit français c'est interdit", a déploré l'avocat de Wilfrid Avrillon, Me Emmanuel Ludot. Le tribunal aurait pu accorder "le bénéfice de cette rectification" d'état-civil à Wilfrid Avrillon, 41 ans, si cette personne était "célibataire", a expliqué Me Ludot. Or elle est mariée et demandait "l'accord d'un droit qui n'est pas prévu par la loi", a-t-il regretté.

 Le jugement du tribunal souligne que "modifier le sexe mentionné dans l'acte de naissance d'une personne mariée aboutirait, non pas à constater mais à créer une situation de mariage entre personnes de même sexe". Or selon la loi française, "le mariage est l'union d'un homme et d'une femme; le tribunal ne peut, en modifiant juridiquement le sexe d'une personne mariée, créer une situation juridique interdite par la loi", poursuit le jugement.

***Il faudra divorcer... pour devenir femme

Me Ludot, qui a déclaré vouloir faire appel de ce jugement devant la cour d'appel de Rennes, a décidé également de poser une question prioritaire de constitutionalité (QPC) sur le sujet. "Bien entendu, le changement d'identité serait accordé (à Wilfrid Avrillon) s'il venait à divorcer. Mais qu'est-ce que c'est que ce chantage, où l'on fait pression sur un homme devenu femme en lui disant "si tu ne divorces pas tu resteras un homme"!", s'est insurgé Me Ludot. 

 

Par RTL.fr  le 15.12.2011

 

 

 

Chloé Avrillon, condamnée à rester un homme aux yeux de la loi

Tout se présentait bien pour Chloé Avrillon (à droite sur la photo). Le ministère public ne s’était pas opposé à sa demande de changement d’état civil ni au maintien du mariage qui l’unit à Marie, et, lundi dernier, elle a été opérée, elle se sentait «confiante pour le délibéré et heureuse d’être enfin moi-même, femme dans mon corps», écrivait-elle ce matin à Yagg, avant l’annonce du jugement. Mais le coup de massue est tombé en fin de matinée: le tribunal de Brest a refusé la rectification d’identité.

«GUERRE OUVERTEMENT DÉCLARÉE»
«Je considère ça comme l’aveu de la part des magistrats et législateurs d’une guerre ouvertement déclarée, explique Chloé, très en colère. Un apartheid du genre et de l’orientation sexuelle ouvertement officialisé. Pays des droits de l’Homme qui se permet de remettre une médaille pour la défense des LGBT? Bonne blague.»

«Je compte m’inviter à l’Assemblée nationale pour y parler et offrir ma carte d’identité aux députés, leur balancer ce que je ne considère pas être ce que je suis: il est clair qu’en France, notre identité ne nous appartient pas. Grand bien fasse à ces messieurs, je n’en veux pas, je leur rends, je la renie. Ce n’est pas ça qui effacera le fait que je suis maintenant indubitablement femme.»

«La transphobie et l’homophobie sont des réalités abjectes qu’ils démontrent à notre égard régulièrement et qu’ils encouragent aux yeux d’une certaine population, poursuit-elle. Nous ferons appel et nous gagnerons!»

ANTICIPATION
«Le juge a anticipé les étapes suivantes, ce qui n’est pas son rôle, a déclaré Emmanuel Ludot, l’avocat de Chloé, à Yagg. Il a estimé qu’autoriser le changement d’état civil allait créer un coup de tonnerre dans le paysage juridique, il n’a pas voulu assumer.»

Pour l’avocat, qui rappelle qu’il existe un précédent, un arrêt de la cour d’appel de Caen du 12 juin 2003, qui avait autorisé la rectification de l’état civil tout en maintenant le lien matrimonial, le juge a condamné Chloé à rester un homme toute sa vie: «La décision qu’il a prise est pire que celle qu’il aurait pu prendre. Il a choisi le choléra, il aurait pu choisir la peste».

[mise à jour, 18h55] «C’est une immense vague d’émotion de tristesse et de colère qui nous envahit en ce triste jour où le juge a donné son délibéré négatif dans l’affaire Avrillon, déplore dans un communiqué l’association Rainbow Brest, dont sont membres Chloé et Marie. Depuis la création de l’association début 2011, pour l’ensemble des ses membres, il va de soit qu’elles vivent en tant que couple femme/femme avec 3 enfants épanouis et ce depuis 2 ans maintenant. Cette volonté de non-reconnaissance officielle de Chloé au genre féminin braque les yeux du monde entier sur un pays qui méprise une partie de sa population. Cette demande s’inscrivait dans la lignée de plusieurs demandes semblables mais en raison d’une forte médiatisation n’aura pas la même issue. Nous continuerons à soutenir l’ensemble de la communauté LGBT pour faire reconnaître un quotidien qui est bien réel mais actuellement sans reconnaissance et sans droits.»

Photo DR (Marie et Chloé photographiées par leur fils, photo publiée avec l’autorisation de la famille) Par Yagg  le 15.12.2011

  Marie et Chloe Avrillon

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de joanna liberty
  • Le blog de joanna liberty
  • : Un blog pour vous parler de transsexualisme dans le sens le plus large.
  • Contact

A another for you

Recherche

Archives

Catégories